Le Premier Jour du reste de ma vie

In Tell me

© Image : Grant Durr

Scroll this

Je suis allongée dans le hamac celui au fond du jardin. Tu m’as dit que j’y serai bien quand je voudrais aller y lire et m’endormir au soleil. Je t’ai écouté. Je m’endors souvent à l’ombre du pommier. Je ne sais pas où tu es. Tu es sûrement dans l’atelier à choisir des planches de bois. Cette cabane dans les arbres, il te la faut vraiment. Les voisins tondent leur pelouse. Je commence à baîller et ferme les yeux malgré ce bruit, mais il fallait que je me lève pour arroser les plantes et voir si les draps avaient séché à l’air libre. Après tout j’avais assez dormi cet après-midi. Je vis mon chat venir vers moi, c’était la première fois que je le voyais de la journée, il était sûrement parti rejoindre les autres chats du coin. Il se roulait dans l’herbe pour réclamer des chatouilles dans le ventre. Je pris un saut dans le garage et allais le remplir d’eau. J’étais toujours aussi nul en potager, j’avais pas su prendre les conseils de papa, par contre maman m’avait donné le goût des fleurs. J’avais planté des arômes, trois rosiers et plusieurs hortensias dans le jardin. Quand j’eus fini, je devais impérativement voir si je n’avais pas reçu de mails importants durant l’après-midi. On était sur de rien. Je rentrais dans la maison et vis cette boîte sur la table de la cuisine. Je souris. Demain je commençais mon premier cours de violon. Qui c’est peut-être que je t’accompagnerai un jour au piano. Je montais les escaliers pour me rendre à mon bureau. J’avais ma propre pièce dans ma maison, chose qui était impensable si on m’en avait parlé des années en arrière. Il n’y avait pas de mails importants. Alors je descendis. Le soleil était sur le point de se coucher, il fallait que je prépare le dîner. J’avais plus ce rapport conflictuel avec le fait de faire la cuisine. Au moins ma vie d’humaine avait amélioré ce trait de caractère en moi. Par contre j’avais aucune idée, quel repas allions-nous manger. Ma vie d’avant aurait trouvé ça normal. J’ouvris le placard, un pot de sauce tomate maison était devant mes yeux. Je crois que des lasagnes accompagnées de laitue lui sembleraient un bon repas en cette fin d’été. Je m’appliquai à déposer les pâtes, la sauce tomate et le fromage par couches de mille feuilles et enfournais le tout dans le four. Il avait terminé de bricoler pour la journée et alla prendre une douche. J’ouvris mon tourne-disque et y déposais un album de Ray Charles et allais donner à manger à mon chat. De nouveau avec moi, il vint m’embrasser sur le front puis sur les lèvres. Je me blottis dans ses bras comme une fleur fragile. Je lui expliquais qu’il avait un bon plat de pâtes pour ce soir, il alla dans la cuisine faire la salade. Un combat s’initia entre lui et moi, car il voulait mettre des anchois dans la préparation de la salade. Tout ne pouvait pas être parfait. Après mes jérémiades, on décidait de faire deux salades distinctes. Il me posa la question quand souhaite-je des pancakes au petit déjeuner. Il était plus doué que moi dans cet exercice. Je lui répondis qu’il fallait aller au marché mercredi, chercher du sirop d’érable. Il avait plus aucune conserve à la maison, dire que c’était ma friandise préférée dans ce pays, le Canada. 

Submit a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *