On aime les suppositions

In Life
Scroll this

On aime les suppositions 

L’habit ne fait pas le moine. 

Qu’est-ce qu’on a pu écouter à tout va, ce fameux proverbe populaire. Pourtant il est encore difficile de s’affranchir des apparences. C’est un fait ! Notre société le résume parfaitement. Les stéréotypes sont aussi naturels que l’innocence des mots de la bouche d’un enfant. Nous-mêmes nous adorons le confort de ce jeu scénique, comme si nous savions parfaitement l’Histoire de chacun. Un livre qu’on aurait beaucoup trop lu, pour ne plus comprendre la raison et le sens des chapitres. S’il y a des chapitres dans quasiment tous les livres, c’est qu’il y a une raison ! 

Alors pourquoi nous nous enfermons dans nos ridicules suppositions ? 

Le fait de supposer n’est pas l’affaire d’une première rencontre, il nous arrive de supposer également sur les actes des personnes que nous connaissons le plus. Une médisance développée fois 1 000. On se permet de juger, d’appuyer une opinion encore plus négative, rapide car on connaît un ou deux chapitres du livre de cette personne. C’est l’effet : je te connais par coeur. Non personne, ne connaît jamais bien personne ! La supposition est une réponse de notre cerveau, afin de mieux nous rassurer dans notre compréhension de voir les choses. Le paradoxe dans les suppositions c’est que très souvent, j’insiste sur ce point, c’est qu’on en veut aux autres pour des choses qu’ils n’ont pas commises. On établit un scénario déjà tout tracé dans notre tête. Un joli poison que nous faisons subir à notre cerveau, digne d’un script de Scorsese. Des hypothèses parfois construites sur un château de sable. Vous vous rendez compte de l’absurdité de ce raisonnement ?! Un bon journaliste ne doit pas se reposer sur ses suppositions, ni un détective, sinon il aurait plus de reportages et toutes les affaires seraient élucidées.

La supposition est un réel fléau symptomatique 

Parce que très souvent beaucoup trop de relations se sont perdues à cause de : s’il/elle ne vient pas me parler, cela veut dire qu’il/elle ne pense pas à moi, du coup je ne lui parle plus. Une fierté très mal placée, d’une réponse fréquemment beaucoup trop hâtive. La communication est la base de toute relation. C’est la seule chose qui réduira nos suppositions parfois débiles, où nos souffrances ne seront plus fondées sur des listes d’hypothèses erronées. Je sais qu’il est difficile de mettre en oeuvre tout ceci. Par manque de courage, par peur de connaître une vérité affreuse, mais en posant des questions on peut connaître des choses inattendues. Des choses qui pourraient changer notre vision de voir les choses, le comportement de certaines personnes, et nous amener à modifier peut-être le cours de notre destin. 

Alors à vos questions ! 

Tags: / Category: Life

Submit a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *